Il s'agit d'un drame americano-britannique qui est sorti en salles le 7 novembre 2007 (le film est sorti aux Etats-Unis le 14 septembre 2007) et dont la durée est de 1 heure 40.

"Les promesses de l'ombre" est un film réalisé par David Cronenberg.

Le film à été produit par Paul Webster, Robert Lantos et Tracey Seaward.

Le scénario à été ecrit par Steve Knight.

La bande originale à été composée par Howard Shore.

Film interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.

Bande annonce V.F., bande annonce V.O.S.T., 6 extraits V.F. et 6 extraits V.O.S.T.

Seconde bande annonce V.O.


Interview de David Cronenberg en V.O.S.T.

Interview de David Cronenberg en V.O.

Interview de David Cronenberg et Viggo Mortensen en V.O.


Mini reportage sur le film dans l'emission Seance 13


Site officiel du film (français)

Site officiel du film (anglais)





Viggo Mortensen

Vincent Cassel

Naomi Watts


Pour la deuxième fois consécutive, David Cronenberg offre le rôle masculin principal de son film à Viggo Mortensen, héros trouble de "A History of Violence", le précédent opus du canadien. Par ailleurs, il retrouve ses collaborateurs habituels : le compositeur Howard Shore, le chef-op' Peter Suschitzky, la décoratrice Carol Spier, le monteur Ronald Sanders, sans oublier sa soeur Denise Cronenberg, costumière.

En 2007, "Les Promesses de l'ombre" a fait l'ouverture du Festival de San Sebastian, et a également été présenté aux Festivals de Londres et de Toronto, où il a remporté le Prix Cadillac, décerné par le public.

Dès 1999, le scénariste Steve Knight avait apporté son script au producteur Paul Webster, mais ce n'est qu'en 2004 que la maison de production Focus Features s'est montrée intéressée. L'actrice Naomi Watts a eu très tôt connaissance de ce projet. Elle se souvient : "J'avais lu le script de Steve Knight avant de savoir que ce serait David Cronenberg qui le mettrait en scène. Puis j'ai su que ce serait lui et qu'il y aurait Viggo ; je n'ai pas hésité. Quant à David, il a tant de confiance en lui que ça devient contagieux. Viggo est un acteur incroyablement généreux et c'est aussi un homme exquis. Tous les matins, au maquillage, il me laissait un petit cadeau ou un livre. Il est totalement pris par son personnage. C'est fascinant. Mais j'ai aussi découvert Armin Mueller-Stahl. C'est un acteur fabuleux. Quand on travaille avec un personnage de ce calibre, on n'oublie pas un mot de ce qu'il dit !"

Le scénario est signé Steve Knight, à qui on doit une autre exploration d'un Londres clandestin et inquiétant : "Dirty pretty things" de Stephen Frears.

Viggo Mortensen évoque son travail de préparation : "Je suis allé en Russie, ces derniers temps. C'est agréable parce que les gens ne me reconnaissent pas dans la rue. Mais je me suis beaucoup documenté. J'ai découvert ces livres, 'Russian Criminal Tatoos', et surtout, j'ai vu le documentaire d'Alix Lambert, 'The Mark of Cain'. Ça nous a beaucoup inspirés, David et moi. Etre capable de penser à ce que j'ai vu, entendu et ressenti en allant là où le personnage est censé être né, donne quelque chose de réel dans certaines scènes du film. Je crois que ça aide également les autres acteurs si je parviens à être convaincant."

Viggo Mortensen a raconté à David Cronenberg qu'un soir, il était entré dans un pub dans lequel se trouvaient un couple de Russes. A la vue des tatouages sur les doigts de l'acteur, les deux individus, effrayés, se sont levés et ont quitté les lieux... Je sais pas si cette anecdote est vraie mais en tout cas elle m'as bien plut personnellement ;-) .

A propos des tatouages que porte Nikolai, David Cronenberg explique : "Ces marques s'inscrivent jusque dans le coeur. Il a altéré son corps aussi sûrement que s'il avait subi une opération de chirurgie plastique." Le réalisateur de "Crash" poursuit : "Ces tatouages sont comme une langue pure que les anciens veulent conserver, mais elle est terrible. En découvrant ces livres, on est entré dans l'univers de ces tatouages beaucoup plus profondément que dans le scénario original. C'est comme un passeport, en prison."

Comme dans plusieurs autres films de David Cronenberg, tels "Faux-Semblants" et ses frères jumeaux ou "A History of Violence", la famille est au coeur des "Promesses de l'ombre". Y compris la famille criminelle... "(...) on a un peu inventé, mais en partant de ce que nous savions des vori v'zakone. Cela veut dire "voleurs dans la loi", on n'entre dans la famille que parce que l'on est un voleur", explique le réalisateur. "Il faut être des frères en-dehors de la société. C'est quelque chose qui est né dans le goulag, avant même Staline. Au départ, les vori n'avaient pas le droit de posséder quoi que ce soit, ce qui les distinguent de la mafia sicilienne. Le vrai code était : pas de famille (ta mère est une putain), pas de travail, on ne paye pas d'impôts, on ne travaille jamais pour le gouvernement. Ils s'exilaient volontairement de leur propre société. C'est cet exil volontaire qui se transforme en code, en morale, et c'est ce qui leur donne une identité. Nous avons exporté tout cela à Londres où tout change, tout subit une mutation. [Dans le gang du film] il y a un problème de succession entre le père et les fils. Il y a une rivalité entre les deux fils, l'un étant biologique, l'autre "adopté". Et il y a une autre famille, celle d'Anna. Dans les deux familles, il y a de l'amour et de la haine, de l'envie et de la jalousie. C'est assez shakespearien."

La scène de combat dans un sauna a été très commentée, notamment au Festival de Toronto, à la fois par son extrême violence et par la nudité totale de Viggo Mortensen. Concernant le premier point, le chef-opérateur Peter Suschitzky confie : "C'est vrai que je n'ai pas voulu être derrière la caméra pour les scènes les plus violentes. Pourquoi ? Parce que j'y crois ! J'ai besoin de croire, sinon je m'ennuie. J'ai besoin de croire à ce qui se passe devant la caméra et je déteste la violence. Dans ces scènes-là, c'est David qui s'occupe de la caméra." Et à propos du second point, l'acteur explique que, par souci de réalisme, il n'était pas question pour lui de refuser de jouer nu. La scène a nécessité deux jours de tournage... Personnellement, j'ai trouvé cette scéne vraiment très dur et extrêmement bien filmé ;-) .

Pendant le tournage du film, et non loin des lieux où l'équipe travaillait, s'est produit un fait divers retentissant, qui a empoisonné les relations entre la Russie et la Grande-Bretagne : la mort de l'opposant russe et ex-espion Litvinenko, empoisonné par une substance radioactive : le polonium. Un documentaire (qui aurait pour titre "Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB" ;-) ) a d'ailleurs été consacré à cette affaire. La sortie de ce documentaire est prevue dans les salles française le 23 janvier 2008.

"Les promesses de l'ombre" est pour Vincent Cassel (alias Kirill dans le film) une nouvelle expérience américaine après ses participations à "Ocean's Twelve" et "Ocean's 13" de Steven Soderbergh, "Dérapage" avec Clive Owen, "Nadia" avec Nicole Kidman (dans lequel il jouait déjà le rôle d'un Russe) et "Elizabeth" avec Cate Blanchett.

Naomi Watts a préféré tenter de garder le secret de sa grossesse auprès du casting et de l'équipe de "Les Promesses de l'ombre". Elle n'a cependant pas réussi à tromper la soeur de David Cronenberg, laquelle travaillait sur le film en tant que costumière. Or, Naomi Watts n'arrivait plus a rentrer dans ses vêtements... L'actrice, qui exerce dans le film la profession de sage-femme, a découvert qu'elle attendait un enfant de son petit ami Liev Schreiber après deux semaines de tournage.

C'est la première fois que le canadien David Cronenberg tourne entièrement un film hors de son pays natal.

Si le film est centré sur la communauté russe de Londres, les comédiens qui interprètent les personnages principaux ne sont en réalité ni russes ni anglais... C'est le cas de l'Américano-Danois Viggo Mortensen, de l'Australienne Naomi Watts, du Français Vincent Cassel, de l'Allemand Armin Mueller-Stahl et du Polonais Jerzy Skolimowski. Quant à Sinéad Cusack (la mère de l'héroïne), elle est irlandaise...

David Cronenberg a dirigé dans le film un célèbre réalisateur, le Polonais Jerzy Skolimowski, auteur entre autres de "Deep End" et du "Départ". On a déjà aperçu celui-ci dans "Mars Attacks" et "Avant la nuit". David Cronenberg lui-même se plaît à faire l'acteur de temps en temps : citons "Last Night" ou "Prête à tout". Dans son segment du film à sketchs "Chacun son cinéma", présenté à Cannes en 2007, il s'était filmé en "dernier Juif du monde dans le dernier cinéma du monde".

"Les Promesses de l'ombre" est dédié à Lisa Parker : régisseuse sur le film, elle est décédée peu après le tournage, âgée d'à peine 40 ans.

Avant de confier le rôle féminin principal à Naomi Watts, la prodution aurait pensé aux actrice Kate Beckinsale et Rachel McAdams.

Le 22 septembre 2007, "Les promesses de l'ombre" fut présenté en Finlande lors du festival international du film à Helsinki. On a egalement pû le visionner le 28 septembre 2007 en Allemagne lors du festival du film d'Hamburg.

"Les promesses de l'ombre" est le titre français du film "Eastern promises" dans sa version originale. Voici différents titres que ce film peut avoir en fonction du pays où on le visionne :

  • Promesas del este (Argentine / Espagne),
  • Epikindynes yposheseis (Grèce)
  • Keleti ígéretek (Hongrie),
  • La Promessa dell'assassino (Italie),
  • Tödliche Versprechen (Allemagne)...
Vincent Cassel et Viggo Mortensen

Armin Mueller-Stahl

Viggo Mortensen, Jerzy Skolimowski, Sinéad Cusack et Naomi Watts


Les promesses du casting :


Viggo Mortensen (Nikolai Luzhin), Naomi Watts (Anna Khitrova), Vincent Cassel (Kirill), Armin Mueller-Stahl (Semyon), Jerzy Skolimowski (Stepan Khitrov), Sinéad Cusack (Helen), Donald Sumpter (Yuri), Sarah-Jeanne Labrosse (Tatiana), Raza Jaffrey (Le Docteur Aziz), Olegar Fedoro (Le tatoueur), Tereza Srbova (Kirilenko), Michael Sarne (Valery Nabokov), Mina E. Mina (Monsieur Azim), Josef Altin (Ekrem), Aleksander Mikic (Soyka), Shannon-Fleur Roux (Maria), Mia Soteriou (La femme d'Azim)...

Le synopsis de l'ombre :


Bouleversée par la mort d'une jeune fille qu'elle aidait à accoucher, Anna tente de retrouver la famille du nouveau-né en s'aidant du journal intime de la disparue, écrit en russe. En remontant la piste de l'ouvrage qu'elle tente de faire décrypter, la sage-femme rencontre Semyon. Elle ignore que ce paisible propriétaire du luxueux restaurant Trans-Siberian est en fait un redoutable chef de gang et que le document qu'elle possède va lui attirer de sérieux problèmes...

Pour Nikolai, chauffeur et homme de main de la toute-puissante famille criminelle de l'Est, c'est le début d'une remise en cause. Entre Semyon et son fils Kirill, prêts à tout pour récupérer le journal, et l'innocente Anna, sa loyauté va être mise à rude épreuve. Autour d'un document qui se révèle de plus en plus explosif, plusieurs vies sont en jeu, dont la sienne, alors que se déchaînent les meurtres et les trahisons dans la famille comme dans la ville...

Viggo Mortensen, Mina E. Mina et Vincent Cassel


Viggo Mortensen et Olegar Fedoro


Le choix fut difficile lorsque devant ma salle de cinéma avec Vincent on à vu tout les films qu'on nous proposer. Beaucoup nous attirer et donc quitte à choisir, on s'est dit qu'on aller se diriger vers un bon film de mafia et c'est ainsi que quelques minutes plus tard, on se retrouver assis confortablement prêt à visionner ces "Promesses de l'ombre".

Le scénario est epoustouflant. J'ai souvent vus au cinéma des films qui traitait de la mafia (quelque soit son origine) mais cette histoire à réussi le pari d'être novateur en nous offrant une histoire habillement construite qui tient le spectateur de bout en bout. Si la rencontre entre cette sage femme et la mafia peut paraitre facile tout comme la révélation finale auxquels on s'attendait un peu, le reste est beaucoup plus complexe. L'histoire nous prend aux tripes et embarque le spectateur dès le debut. Tout comme la sage femme, on découvre alors un monde nouveau, un monde terrifiant et angoissant. Les scénes s'entrechoquent, on saigne, on souffre, on à peur tout en restant scotché à son fauteuil. Entre famille, trahison, corruption, honneur mais aussi amour et amitié, nos sentiments ce mélange et on peut se rendre compte de la complexité du genre humain.

Le casting est à la hauteur de ce scénario à commencer par un Viggo Mortensen tout simplement excellent. Malgré les défauts de son personnage et le fait qu'il soit du "mauvais côté", on ne peut s'empêcher de le trouver attachant à un point qu'on lui trouverait presque des excuses. Le scénario met très bien en valeur l'acteur qui livre une prestation brillante et forte. Très charismatique, il donne vie sous nos yeux à son personnage. A ses côtés, on retrouve avec un certan plaisir un Vincent Cassel dans un rôle pas facile à aborder mais que l'acteur negocie de bonne façon. La relation que son personnage entretient avec celui de Viggo Mortensen est assez ambigue d'ailleurs mais se révéle être vite un autre point fort du film qui nous offre un face à face entre amis qui se considère comme frères. Le rôle parait taillé sur mesure pour l'acteur français qui même si son personnage n'est pas sympathique arrive à l'humaniser un peu d'excellente manière nottament lors de sa dernière scéne. Armin Mueller-Stahl est lui epoustouflant et s'impose à l'ecran d'une très belle manière apportant son expérience professionel au film tout comme Jerzy Skolimowski dans un registre un peu plus léger. Derrière tous ces acteurs, Naomi Watts s'en sors très bien. Jamais étouffée, la comédienne nous prouve une nouvelle fois l'etendu de son talent. Elle ne se contente pas d'être la pauvre demoiselle en detresse comme on aurait pu s'y attendre. Bien au contraire, son personnage à de la repartie et Naomi Watts l'incarne très bien en restant à la hauteur de ses compagnons masculins. Au passage, on appreciera egalement la prestation correcte de Sinéad Cusack.

Si le scénario est prenant, c'est aussi grace à la superbe mise en scéne de David Cronenberg qui fait un sans faute derrière la caméra. L'image est très soigné et les scénes sont filmées avec un certain réaliste qui peut mettre le spectateur mal à l'aise à l'image du combat dans le sauna avec un Viggo Mortensen nu. Le combat est filmé avec tellement de force, qu'en visionnant cette scéne, j'avais l'impression de "vivre" le combat et que je me suis retrouvé aussi fatigué et à bout physiquement que les personnages. On en oublie vite la nudité (qui choses rare au cinéma de nos jours n'est pas inutile mais répond à un besoin du scénario pour le rendre crédible ;-) ) et on sens notre chair se déchiré. La bande originale est elle aussi très bonne. Sans fausses notes (si je peux me permettre le jeu de mots ;-) ), Howard Shore signe une composition musicale aussi forte que le film et qui ne prends jamais le dessus sur l'histoire. On la ressens, elle est là, elle permet au film de dégager une certaine ambiance et d'accentuer la noirceur du film mais le tout avec une très bonne discrétion.

Vous l'aurez compris, au final, je vous recommande très fortemment ce film pour un public averti cependant car certaines scénes (dont celle du sauna ;-) ) sont très dures et violente. Filmé avec realisme,on sors pas de ce film indemne mais plutôt user d'avoir vécu ce film avec cette impression d'être au coeur du film. Je suis resté bouche bée à la sortie du film devant ce film qui à tenu toutes ces promesses dans l'ombre de ma salle selon moi :-) . On peut reprocher un certain rythme lent au film mais il s'avère neccessaire pour être encore plus poignant. Je sais que je le répéte souvent dans mes avis mais je viens de voir quelques extraits du film en version française et je conseille très fortement de le voir en version original pour mieux l'apprécier si vous en avez la possibilité ;-) .

Armin Mueller-Stahl et Naomi Watts


Viggo Mortensen et Naomi Watts


La musique du film :


  1. Eastern Promises
  2. Tatiana
  3. London Streets
  4. Sometimes Birth and Death Go Together
  5. Trafalgar Hospital
  6. Vory v Zakone
  7. Slavery and Suffering
  8. Nikolai
  9. Kirill
  10. Anna Khitrova
  11. Eagle and Star
  12. Nine Elms
  13. Like a Place in the Bible
  14. Trans-Siberian Diary
  15. Stars on the Knees
  16. Just A Little - Liberty X
Naomi Watts

Naomi Watts et Vincent Cassel

Viggo Mortensen et Naomi Watts


Bonus :


Ne vous fiez pas à cette chanson qui ne refléte pas le film. En effet, le scénario est bien plus dur que cette chanson qui me donne plutot envie d'aller en boîte lol. Petit retour en arrière aujourd'hui avec cette chanson interprété par Liberty X et que l'on peut entendre dans la bande originale du film "Les promesses de l'ombre". Il s'agit de "Just a little" dont voici maintenant les paroles. Comme d'habitude, pour ceux qui souhaite visionner le clip de cette chanson, cliquez sur la vignette qui se trouve juste après ;-) :

Sexy, everything about you so sexy
You don't even know what you got
You really hit my spot
Oh yeah, yeah
And you're so innocent
Please don't take this wrong cos it's a compliment
I just wanna get with your flow
You've gotta learn to let go

Oh baby, won't you

Work it a little
(Oh yeah)
Get hot just a little
Meet in the middle
Let go, just a little bit more
(Just a little bit)
Gimme just a little bit more
(Just a little, just a little)

Let me, I'll do anything if you just let me
(Come on baby)
Find a way to make you explore
I know you wanna break down those walls
Yeah yeah
And its so challenging
Getting close to you, what I'm imagining
I just wanna see you get down
You gotta let it all out

Oh baby, won't you just

Work it a little, yeah
(Oh yeah)
Hot just a little
Meet in the middle
(Oh yeah)
Go, just a little bit more
(Just a little bit)
Gimme just a little bit more
(Just a little bit more, just a little)

Work it a little, yeah
Hot just a little
(Oh yeah)
Meet in the middle
(Oh yeah)
Let go
(Oh oh)
Just a little bit more
(Just a little bit)
Gimme just a little bit more.
(Give me just a little bit more, just a little)

Its so exciting, the way your inviting me yeah
(I know you really like it like that, ah)
Can't get enough, won't you satisfy my needs
(Please let me be)

Work it a little
Get hot just a little
Meet me in the middle
Let go, just a little bit more
(Just a little bit more)
Gimme just a little bit more
(Just a little bit more, just a little bit of work with me)

Work it a little
(Oh yeah)
Get hot just a little bit
(Get hot with me)
Meet in the middle
(Meet me in the middle)
Let go, just a little bit more
(Let go, just a little bit more, just a little bit)
Gimme just a little bit more
(Gimme just a little bit more)
(Gimme just a little bit more, oh yeah)
(Just a little, just a little)

Work it a little
(Oh yeah)
Get hot just a little bit
(Get hot yeah)
Meet in the middle
(Meet me in the middle)
Let go, just a little bit more
(Just a little bit more, just a little bit)
Gimme just a little bit more
(Oh yeah)
(Yeah, yeah)

(Work)
Sexy
(Get hot)
Everything about you so sexy
(Meet, Don't let go)
You don't even know
(Just a little)
Gimme just a little bit more
(Just a little)





Viggo Mortensen

Naomi Watts

Naomi Watts et Viggo Mortensen


Mini filmographie selective :


David Cronenberg


David Cronenberg (réalisateur) : A history of violence, Existenz, La mouche, Dead zone...

Paul Webster (producteur) : Orgueil et préjugés, Reviens moi, The yards, Little Odessa...

Robert Lantos (producteur) : Existenz, La vérité nue, Ararat, Sunshine (2000)...

Tracey Seaward (productrice) : Dirty pretty things loin de chez eux, Nothing personal, The Queen, Millions...

Steve Knight (scénariste) : Dirty pretty things loin de chez eux...

Howard Shore


Howard Shore (compositeur) : Les infiltrés, Seven, Philadelphia, Le silence des agneaux...

Viggo Mortensen


Viggo Mortensen : Le seigneur des anneaux 1 2 et 3, A history of violence, Hidalgo, Daylight...

Naomi Watts


Naomi Watts : Mulholland drive, King Kong (2005), Le cercle-the ring 1 et 2, 21 grammes...

Vincent Cassel


Vincent Cassel : Ocean's 12 et 13, Les rivières pourpres, Irreverssible, La haine...

Armin Mueller-Stahl


Armin Mueller-Stahl : The X-files le film, Le pacificateur, The game, Kafka...

Jerzy Skolimowski


Jerzy Skolimowski : Mars attack, Le faussaire, I love L.A., Haut les mains...

Sinéad Cusack


Sinéad Cusack : V pour Vendetta, L'executeur, Beauté volée, Waterland...

Donald Sumpter : Rosencrantz et Guildenstern sont morts, K-19 le piège des profondeurs, The constant gardener, Enigma...

Olegar Fedoro : Mission impossible, Remember me?, Gypo...

Michael Sarne : A coeur joie, Myra Breckinridge...

L'affiche française du film Affiche américaine